En avril, il est question de montée de sève, de nouvelle lune en bélier, de laisser derrière nous toutes les toxines de l’hiver, de prendre des verres aux premiers rayons de soleil (faut pas pousser niveau détox quand même), de faire claquer le doré et la couleur dans sa garde-robe, de (re)sentir le parfum des fleurs, de réveiller la bête qui est en nous… Et de se cultiver, évidemment !

Vous ne visualisez pas correctement ce message ?
Newsletter d'avril
FONDERIE LONGTYPE / ATELIER MARGE DESIGN /
STUDIO TRAVERS MÉDIA / ÉDITIONS LE CONTREPOINT
Crédits : Irène Schoch pour la revue Nez#7

En avril, il est question de montée de sève, de nouvelle lune en bélier, de laisser derrière nous toutes les toxines de l’hiver, de prendre des verres aux premiers rayons de soleil (faut pas pousser niveau détox quand même), de faire claquer le doré et la couleur dans sa garde-robe, de (re)sentir le parfum des fleurs, de réveiller la bête qui est en nous… Et de se cultiver, évidemment !

 
Nez la revue olfactive
Graou

L’odorat a longtemps été considéré comme un sens animal, primaire, instinctif, bestial… Si l’Homme, en se redressant sur ses deux pattes arrière, a développé son ouïe et sa vue, sens reconnus comme les plus nobles et intellectuels, les animaux ont conservé l’odorat comme moyen de communication primordial. Et certains en usent de façon impressionnante et inattendue.

Vous l’aurez compris, le dernier numéro de Nez est consacré au sens animal. Les animaux se sentent entre eux, mais sentent aussi tout court, bon ou mauvais. Si l’odeur de leur pelage nous attire parfois, celle de leur chair nous repousse souvent, sauf quand elle se retrouve grillée au barbecue.
Du musc à l’ambre gris en passant par la civette, l’animal a aussi de tout temps été pourvoyeur de matière première dans la confection des parfums, jusqu’à très récemment. De La Panthère de Cartier à Muscs Koublaï Khän de Serge Lutens, l’animal s’infiltre dans les flacons, diffusant ses notes fauves indésirables tapies derrière les fleurs fraîches, comme si l’homme voulait diffuser un message olfactif, retrouver une aura oubliée qu’il aurait perdue au cours de son évolution.
En librairie à partir du 11 avril, c’est aussi ici.

 
les cahiers des naturels - LMR + NEZ
Naturellement vôtre

Nez éditions (Nez, la revue olfactive ; Le Grand Livre du parfum) s’associent avec le Laboratoire Monique Rémy (LMR), la référence en ingrédients naturels pour l’industrie du parfum, et proposent une collection unique en son genre :
« Les Cahiers des naturels ».

À chaque sortie de la revue Nez, la sortie concomitante de deux Cahiers des naturels, en français et anglais, est désormais actée !
Les deux premiers numéros de la collection, sur la rose de Damas et sur le narcisse, sont de sortie.

Au programme de Rose et Narcisse : botanique, histoire, art, gastronomie, littérature, agriculture, économie, chimie, sans oublier parfums et parfumeurs.

Ces Cahiers des naturels sont conçus comme des carnets, à mi-chemin entre celui du voyageur et celui d’un passionné de parfums, qui aurait ici et là croqué des schémas, dessiné et collé des images d’art pour garder en mémoire tout ce qui a trait aux naturels.

En librairie le 11 avril, et en vente ici pour Rose et pour Narcisse.

 
 
Nez Éditions
"Les 111 parfums", version extra-large

Loin d’être une simple liste, cet ouvrage de référence propose une véritable histoire des parfums à travers 130 ans de créations. Jeanne Doré et le collectif Nez ont voulu mettre en lumière les 111 parfums qui comptent, qu’ils soient chefs de file, célébrés ou méconnus, best-sellers
ou disparus. Cette nouvelle édition, revue et augmentée après le succès de la première édition, consacre un chapitre aux parfums disparus tout en présentant de nouvelles créations lancées depuis 2017.

De Jicky (1889) à Tabac tabou (2015), cette sélection aussi subjective que passionnée est classée en 7 périodes marquant les grandes transformations de l’industrie.
Les textes, sensibles, curieux et didactiques, s’adressent aux experts comme aux profanes, aux jeunes amateurs comme aux grands connaisseurs.
Les Cent onze parfums qu’il faut sentir avant de mourir contribue indiscutablement à l’émergence — tant attendue — d’une culture olfactive exigeante et accessible, indispensable pour mieux sentir et ressentir le monde qui nous entoure.
En librairie à partir du 11 avril ou ici, ou .

 
OPCO ATLAS
Carte d'orientation

Avec la réforme de la formation professionnelle, les organismes paritaires collecteurs agréés, les OPCA, sont devenus depuis le 1er janvier des opérateurs de compétence : les OPCO.
Le Fafiec, commanditaire de l’Atelier, intègre ainsi l’OPCO Atlas.

L’Atelier a été choisi pour créer la nouvelle identité et la charte associée à l’OPCO Atlas.
La notion de parcours est indissociable de la mission de l’OPCO : le “t” est la base d’un petit accident visuel, le démarrage d’un tracé qui constituera l’élément constitutif d’un principe visuel plus large, inspiré de la cartographie. Ce logotype, première pierre d’un système de communication visuelle complet, a été développé en mode “commando” depuis le mois de février. L’ensemble des représentants des branches professionnelles ont été impliqués, afin qu’au 1er avril 2019, date officielle de mise en fonction des 11 OPCO, Atlas puisse être exemplaire, sur la ligne de départ, prêt à accompagner entreprises et salariés. Retrouvez l’animation de présentation de la nouvelle identité visuelle sur le site de l’OPCO Atlas.

 
 
popspirit
Entre la poire
et le fromage

Quelques années après “Les filles à fromages, saison 1”, exposition photo dont nous avions fait la scénographie, l’agence PopSpirit fait appel à l’Atelier pour le projet Sweet Cheese, une rencontre explosive entre le terroir fromager français et les identités culinaires cosmopolites de 10 chefs de 10 nationalités différentes.

Forts d’une expérience de plusieurs années dans le champ culinaire (avec Omnivore, Lavazza, Transgourmet, le Bel Ordinaire, Passerini), il n’a pas fallu trop nous pousser pour que l’on s’engage sur ce beau projet fromager, à travers un plateau de spécialités graphiques aux saveurs variées : identité visuelle et typographique, direction artistique photo, édition d’un livre et de sa version numérique, signalétique et supports promotionnels à destination des influenceurs en tout genre, etc.

Après environ 600 mails, 2 forfaits déclarés par les photographes, quelques arrachages de cheveux, le projet est sorti, savoureux et gourmand.

 
archimusic
Plaisir d'offrir

Jean-Rémy Guédon, le fondateur de l’ensemble Archimusic, a créé depuis plusieurs saisons la Boutique du Val, un espace de création et de diffusion partagé : la direction artistique est assurée à tour de rôle par les huit musiciens de l’ensemble et fait la part belle aux invités.

Après avoir créé plusieurs visuels pour Archimusic, l’Atelier s’occupe de ceux de la nouvelle saison de la boutique du Val : flyer, sachet de baguette de pain, affiche et publicité. Nous massacrions un instrument de musique l’année dernière ; nous calmons le jeu cette année en intégrant un instrument à un bouquet de fleurs. On ne vous laisse plus que le plaisir d’y aller !

Prochain rendez-vous, le 12 mai de 17h30 à 18h30, pour un goûter d’écoute radiophonique – Faux livreurs et vrais migrants.

 
 
bach en combrailles
Happy birthday to you!

Vingt ans que le Festival Bach en Combrailles officie en Auvergne pour promouvoir la musique baroque. Vingt ans que des passionnés de Bach font vivre, le temps d’une semaine, le village de Pontaumur et ses environs. Vingt ans qu’une réplique parfaite de l’orgue de Bach est en place en son église.

Pour fêter cette double décennie d’existence, nous avons décidé de mettre le doré à l’honneur dans la communication du festival. Le motif développé pour ce projet est inspiré de l’architecture religieuse. Chargée et tape-à-l’œil, l’identité n’en reste pas moins riche en références et surtout, à la hauteur de la musique baroque.

On ne va pas continuer à faire de la retape pour ce festival que nous affectionnons particulièrement, mais juste un peu quand même : du 11 au 17 août, ça va swinger dans les Combrailles !

 
Atelier Marge design
Agenda

Les derniers Cahiers de la BD sont sortis en kiosque et librairie. Le dossier central aborde la question : “Pourquoi le roman graphique est à la mode ?”. Vous connaîtrez la réponse en l’achetant par exemple ici.

Vous aimez le parfum et/ou le yoga ? l’atelier Yoga olfaction sonore est pour vous: le 13 avril à 15h30, à Paris.

Enfin, une petite envie de passer le concours de l’Ena, mais vous aviez peur de louper le coche ? C’est juste ici pour s’inscrire et c’est jusqu’au 29 avril.

 

 
 
Suivez-nous Facebook Vimeo Youtube Instagram
Vous ne souhaitez plus recevoir de message de notre part ?