En avril, il est question de printemps et de renaissance, de parfums de fleurs naturels et synthétiques, de filiation et de compagnonnage olfactif, de lecture de BD dans les prés, d’écoute d’opéras au soleil, de jeux et de concours, de feux d’artifices musicaux à la nuit tombée, de découverte de l’autre dans sa différence et de se cultiver, évidemment !

Vous ne visualisez pas correctement ce message ?
Newsletter d'avril
FONDERIE LONGTYPE / ATELIER MARGE DESIGN /
STUDIO TRAVERS MÉDIA / ÉDITIONS LE CONTREPOINT
Photographie de Sarah Bouasse pour Nez#5

En avril, il est question de printemps et de renaissance, de parfums de fleurs naturels et synthétiques, de filiation et de compagnonnage olfactif, de lecture de BD dans les prés, d’écoute d’opéras au soleil, de jeux et de concours, de feux d’artifices musicaux à la nuit tombée, de découverte de l’autre dans sa différence et de se cultiver, évidemment !

 
Fondation La Sauvegarde de l’Art Français
Renaissance

La Fondation La Sauvegarde de l’Art Français va bientôt fêter ses 100 ans, un siècle à œuvrer pour la sauvegarde du patrimoine français grâce à de généreux mécènes et donateurs. La Fondation se consacre en priorité et depuis plus de 40 ans à la transmission du patrimoine religieux, principalement des églises et des chapelles rurales, à travers toute la France.

Plus d’un million d’euros par an sont ainsi dédiés au financement de leurs travaux de restauration. Depuis 2013, l’action de la Fondation développe son aide envers le patrimoine mobilier avec « Le Plus Grand Musée de France », au bénéfice de tableaux, sculptures, tapisseries, tissus, objets d’art.
En devenant fondation, la Sauvegarde décide de faire évoluer son identité et l’ensemble de ses documents de communication : création d’un caractère typographique sur mesure en 3 graisses en collaboration avec Mathieu Réguer, refonte de son site internet, des documents institutionnels et même de ses plaques signalétiques. De nouveaux supports continuent d’être créés, comme un motion design permettant de comprendre quelles sont l’histoire et les missions de la Fondation et de quelle manière on peut y contribuer personnellement. D’autres supports vont voir le jour très prochainement ! Pour devenir ami de la Sauvegarde, c’est ici.

 
Nez, la revue olfactive #5
Naturelle ou synthétique ?

Sortie en librairie le 12 avril 2018. Editions Le Contrepoint. 19,90 euros. 144 pages.

Nez, la revue olfactive, consacre son dossier à la place des essences naturelles et des ingrédients synthétiques en parfumerie. Ce cinquième numéro aborde également le nez des architectes, la vision du parfumeur Michel Almairac, le rôle de l’intelligence artificielle dans la création de parfums, et présente les critiques d’une sélection de 30 parfums.
Enfin, fans de parfums et des matières premières les composant, abonnez-vous au compte Instagram de Nez afin de tout connaître du projet A World Tour Through Scent, #aworldtourthroughscent. 11 destinations, 11 semaines d’exploration, 11 parfumeurs de chez Symrise, 8 journalistes de Nez la revue, 11 photographes de Tendance Floue, 1 Mathieu Chévara qui vous raconte en images toutes les histoires d’un parcours inédit sur toute la planète, mené par le bout du nez.
Et pour acheter la revue Nez n°5 : c’est ici, et encore ici.

 
 
Duo, une revue diptyque cultivée par Nez
Fait maison

« Il y a cinquante ans naissait au 34 boulevard Saint-Germain L’Eau, un parfum à l’esthétique singulière tout droit sorti d’un siècle lointain, qui avait germé dans l’esprit d’un peintre anglais et de ses deux associés. »

La revue Nez et diptyque… « Ces deux-là étaient faits pour se rencontrer, et leur union prend la forme de ce premier numéro de Duo (…). Nourri par diptyque et cultivé par Nez, Duo propose de matérialiser au fil de ses pages l’esprit pionnier, d’indépendance, de conviction et de liberté artistique qui rapproche, unit et anime les deux marques. »
À retrouver avec la revue Nez si vous êtes abonnés, ou dans les boutiques diptyque en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis avec la revue Nez in english please !

 
Les cahiers de la BD #3
Mouse costaud

« Dans ce numéro, nous avons cherché à montrer qu’il existe une voie encore peu explorée dans les rapports entre l’art et la BD (…). Désormais l’art et la bande dessinée sont sur un pied d’égalité. » C’est avec ces quelques mots que le rédacteur en chef Vincent Bernière lance le 3e numéro des Cahiers de la BD.

Au menu : gros dossier sur les relations incestueuses entre l’art et la BD, une interview dessinée de Lisa Mandel par Lisa Lugrin et Clément Xavier, une biographie en images de Pascal Rabaté, un énorme cahier monographique sur Lewis Trondheim et l’autobiographie, une analyse technique de Essence par Benjamin Flao et Fred Bernard, la redécouverte par Elric Dufau d’un clone de Tintin paru au Japon dans les années 1920, un dossier historique sur L’Enragé de Siné, Cabu, Wolinski et consorts par l’éminent Maël Rannou, une histoire courte de Florence Cestac du temps où elle était justement enragée, et des tas d’autres choses encore… bonne lecture !
En vente dans toutes les bonnes librairies, kiosques et Relais. Pour s’abonner, c’est ici.

 
 
Opéra de Toulon
Tchaïkovski, le retour

L’Opéra de Toulon s’ouvre sur une nouvelle saison très marquée par de grands titres du répertoire et l’arrivée d’un nouveau chef d’orchestre néerlandais, Jurjen Hempel, à la fonction de directeur musical de l’Opéra. La programmation s’illustre avec Rigoletto, Le Barbier de Séville, Turandot, L’Élixir d’Amour mais aussi le retour attendu à Toulon du chef-d’œuvre de l’opéra russe Eugène Onéguine de Tchaïkovski.

Cette nouvelle saison est aussi l’occasion de réaffirmer le penchant de l’Opéra pour les actions culturelles menées vers le jeune public. En effet, depuis plusieurs saisons l’Opéra définit ses actions de sensibilisation auprès des jeunes comme un de ses objectifs prioritaires. En 2017, 16 762 jeunes de moins de 26 ans sont venus à l’Opéra, soit une augmentation de plus de 25% par rapport à 2016.

 
ENA
Sautez le pas
#2018concoursENA

« Sautez le pas ! », c’est le slogan que l’ENA a choisi pour convaincre de jeunes talents de s’inscrire à l’un de ses trois concours d’entrée d’ici le 27 avril. Cette campagne est publiée principalement sur Internet et les réseaux sociaux avec une très large diffusion sur Facebook, mais aussi dans les universités, écoles de commerce et écoles d’ingénieurs via une campagne d’affichage.

Pour attirer de jeunes talents, des profils inédits ou des candidats qui ne pensaient pas être faits pour la fonction publique, l’Atelier a conçu l’ensemble de la campagne et les 5 animations mettant en scène des jeux de mots autour de métiers insolites ou de rêve et qui ne font pas forcément penser à l’ENA : acteur, pilote, exploratrice ou artiste, si vous avez envie de sauter le pas, c’est par .

 

 
 
Agefiph
Mon emploi, mon handicap

L’Agefiph, Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées, souhaitait réaliser une série de 42 portraits de personnes handicapées, en emploi ou engagées dans une démarche d’accès à l’emploi. Les témoignages, utilisés dans le cadre de la communication interne et externe, sont restitués sous forme de reportages photographiques, de textes et, pour 14 d’entre eux, de diaporamas sonores.

Première étape, la création d’un site internet dédié à ce projet avec les portraits consultables en ligne et réalisé par le Studio Travers Média. Les portraits photographiques sont signés Baptiste Lignel et Armandine Penna pour les portraits de la région Pays-de-la-Loire. L’Atelier a quant à lui coordonné l’ensemble du projet et a pris en charge la rédaction des contenus, la prise de son et le montage final avec le concours de Nils Paubel.

 
Orchestre philharmonique de Liège
Feux d’artifices

Dès l’édito, le nouveau programme de saison annonce la couleur : « Le nouveau thème choisi par l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège annonce d’emblée une saison flamboyante qui nous fera oublier le manque d’ensoleillement de cet hiver. Pleins feux tant sur des œuvres classiques que sur des créations contemporaines ! Les lumières jailliront pendant toute la saison pour accompagner à merveille ces notes envoûtantes ».

L’Atelier continue de son côté à ancrer son principe d’identité visuelle pour la troisième saison consécutive. Les objets illustrent certains des spectacles ou temps forts de la saison, à l’image de ce projecteur en première de couverture. Vivement la rentrée !

 
 
Atelier Marge design
Agenda

Aficionados de la typographie et de la calligraphie, jetez un œil au projet auquel Julien Priez a participé avec le collectif hollandais “high on type”. Le festival All Eyes on Type, dont l’identité est signée de la main de Julien, aura d’ailleurs lieu les 12 et 13 mai à Rotterdam. Pour se faire un week-end là-bas et acheter ses billets, c’est ici.
En mai débutera Occupation Bastille. Après Notre Chœur l’année dernière et Occupation il y a deux ans, le théâtre de la Bastille propose à nouveau de partager des temps différents, de réfléchir à l’acte de création et à la place du spectateur. Cette saison le collectif L’Avantage du doute va investir les lieux pour y célébrer le principe d’incertitude : un temps pour s’arrêter, souffler et rétablir la nécessité du doute afin de permettre à chacun de fabriquer son propre point de vue. De quoi bien s’occuper !

 
 
Suivez-nous Facebook Vimeo Youtube Instagram
Vous ne souhaitez plus recevoir de message de notre part ?