Les Cahiers de la BD

Mille sabords !

Se présentant à première vue comme un mélange un peu brouillon du Capitaine Haddock et de John Difool, Vincent Bernière a le sens de la bougeotte, l’anxiété paradoxalement décontractée, le cerveau rempli de héros en tous genres, griffonnés ou léchés sur un bout de papier.

Auteur d’ouvrages incontournables sur la bande dessinée, de hors séries, de suppléments et d’innombrables productions éditoriales passionnantes, c’est aussi le compagnon de Lucile, un des piliers sur lequel repose l’édifice fragile qu’est l’Atelier. Alors bon, quand on a dit tout ça, comment ne pas se lancer dans une nouvelle aventure ? Les Cahiers de la BD sont donc renés (avec Goscinny en mode hors-série, précision qui n’a pas d’autre ambition que de faire la blague). Faire vivre ce pan — Peter si tu m’entends — de culture à travers une formule de presse, finement aiguisée comme la pointe d’un crayon HB, était un défix (désolé, c’est trop tentant) sans précédent. Avec Clément Charbonnier au charbon et Laurianne Mariette aux manettes, le résultat envoie du bois, l’accueil critique réchauffe les cœurs.

Projets adjacents

À voir aussi